QR-code Parc

Le Parc

  Très tôt, les moines Barnabites agrémentèrent en jardins les terrains qui s’étendent au pied de la façade sud. A ce sujet, on peut signaler qu’en 1610 naquit à Lescar Jean Prévost ; il étudia la médecine et devint, en 1644, médecin de la ville de Pau. Il s’occupa de l’étude des plantes em-ployées par la science médicale et avait parcouru, à ce sujet, le sud-ouest de la France et le nord de l’Espagne. Désireux d’établir un jardin botanique pour l’avancement des sciences, il publia un Catalogue de Plantes du Béarn. Aux Etats de 1644, l’évêque de Lescar soutint son projet de jardin botanique. Le clergé et la noblesse voulaient y intéresser le roi. Mais le Tiers-Etat fit tout échouer et l’évêque dut se contenter d’obtenir une subvention de cent livres pour l’ouvrage du savant.

D’après Lescar : le collège des Barnabites, des origines au XIXème siècle. Maurice COUSTAU.

Le jardin botanique de l’Ecole Normale

  Les nouveaux programmes d’enseignement des écoles normales donnent plus d’importance que par le passé à l’étude de l’histoire naturelle, et prescrivent la création d’un jardin botanique, où les élèves-maîtres étudieront les plantes sur nature et acquerront par là des notions pratiques que les livres ne sauraient leur apprendre. Le jardin botanique de l’Ecole Normale de Lescar vient d’augmenter considérablement sa collection de plantes.
  M. Tourasse avait formé avec autant de goût que de patience de belles et riches pépinières. M. Piche, le continuateur de ses œuvres, a offert à titre gracieux à l’Ecole Normale un spécimen de tous les arbres et arbustes que ne possédait pas l’établissement. Plus de 200 sujets ont été transportés à Lescar. Dans la collection, figurent beaucoup d’espèces utiles et quelques variétés rares.
  D’autre part, l’Ecole a reçu 65 échantillons de graines du Muséum d’histoire naturelle.

Bulletin Officiel de l’Instruction Primaire – Département des Basses-Pyrénées – Janvier 1883

Un grand jardin agrémenté d’un jet d’eau construit en 1775, aujourd’hui disparu.

DES ÉCOLES NORMALES PRIMAIRES
D
U POINT DE VUE
DE LEUR CONSTRUCTION ET DE LEUR INSTALLATION
Revue pédagogique – 1879

1 – Cour d’honneur5 – Cour de récréation École annexe9 – Jardin
2 – Concierge6 – Cour de récréation École Normale10 – Hangar
3 – Bâtiment principal7 – Cour du pensionnat11 – Potager
4 – Bâtiments ajoutés8 – Terrasse12 – Vivier
Quand les Normaliens collaboraient aux services de la Météorologie Nationale. A droite, ce qui semble être un instrument de mesure, peut-être un pluviomètre.

  Entre bâtiments et jardins, une terrasse bordée par un petit muret. Aux beaux jours, dans les effluves des glycines, après les repas, avant la reprise des cours ou avant l’étude du soir, les Normaliens s’y installaient.

  Au pied de l’escalier, un espace mi-herbe, mi-terre battue bordé par un petit fronton et une haie de cupressus : « l’arène »… Quelques mordus y descendaient pour disputer un match de rugby “à toucher” … Le fin du fin consistait, non pas tant à marquer des essais mais à “balancer” dans la haie de cupressus le malheureux qui osait un débordement le long de celle-ci.

Au fond des jardins déjà devenus pelouse, la remise à outils et la porcherie.
Dans un coin de la friche, la piscine désaffectée.
Années 1960 : la friche transformée en terrains de sports.
(Au fond, à droite, on devine le petit rebord de la “piscine”).
La sortie vers l’Allée des Prés.
Sur la gauche, un petit préau servant de « salle des agrès »
Langage
Retour en haut